Pour mon premier Bol D’Or en tant que spectatrice, j’avoue avoir été servie question émotions. En plus de découvrir le magnifique Circuit du Castellet, j’ai eu la chance de voir en live la Panigale 1299 S, engagée par le Ducati Esprit Racing Team

Ma participation à ma première compétition à l’occasion de la Women’s Cup, m’avait permis de découvrir les coulisses des 24h du Mans,  l’autre manche française mythique du championnat du monde d’endurance… mais sous la pluie. Autant vous dire, que le plaisir est loin d’être le même lorsque tu peux suivre cette course, sans te cailler les miches, ni patauger à longueur de journée dans les allées des paddocks.

Après quelques heures de train, une voiture louée et les Pass récupérés, c’est avec impatience que j’ai pu découvrir le célèbre circuit du Castellet, et filer rejoindre le box des rouges !

img_1645

Nature environnante, chant des cigales, tracé du circuit flamboyant de couleurs,  il faut avouer que le décor est clairement plus sexy que celui du Mans. Bref, on est dans le Sud !

En traversant le paddock où se succèdent les camions des différents Teams, il ne sera pas compliqué de repérer celui du Team Ducati et son énorme camion rouge ! Et bim, voilà que je tombe direct sur Steph, le responsable pneumatiques du Ducati Esprit Racing Team et surtout un bon copain des circuits (souvenez-vous, le monsieur ébahi devant mes exploits de chiffonnette lors de ma chute aux 300 miles) !

Quelques secondes plus tard, me voilà au coeur des festivités, prête à suivre ce pari ambitieux de faire courir une Panigale sur une course de 24 h…

Quel optimisme quand on pense que les mauvaises langues prédisaient la fin de l’aventure dès la première heure ou que la Ducati ne verrait pas la nuit pour les plus optimistes … Les idées reçues ont la peau dure.

Mais au fait, qui sont ces « barjots » qui ont pu imaginer, une seule seconde, non seulement engager une Ducati (Panigale) mais en plus l’emmener jusqu’au bout de cette course ?!

C’est un rêve de gosses, celui de Stéphane Candela, pilote Top Twin, Pro Twin et de la Coupe de France d’endurance (pour ne citer que cela) ; et celui de Peter Clark, le boss d’Esprit Racing, entreprise dédiée à la préparation de motos pour la compétition.

Les autres heureux pilotes qui viennent rejoindre Stephane Candela sont Stéphane Gueslin (ProTwin), Michaël Fudala (actuel leader du ProTwin) et Laurent Zanetto en pilote de réserve (8 participations au Bol d’Or quand même !). Le chef d’orchestre, plus connu dans le jargon de l’endurance comme « Team Manager », sera Olivier Ribette, le roi de la couette 😉 et accessoirement Président du Ducati Club de France. Désolée Olivier, je n’ai pas pu m’en empêcher … tu auras le droit de me décerner un 2ème prix du Boulet de l’année 😉

Au total, plus de 30 personnes viennent compléter ce Magic Team, 100 % bénévole !

Je les comprends et les soutient totalement d’avoir eu envie de réaliser ce rêve, et de vivre pleinement cette incroyable expérience, en dépit de certains sceptiques. A peine rentrée dans le box, j’ai de suite ressenti la passion et la concentration extrême qui l’habitaient. Enfin… jusqu’à ce que je croise Dario Marchetti (on ne présente plus son palmarès), venu lui aussi supporter la belle Ducati. En deux coups de cuillère à pot, il a détendu l’atmosphère grâce à sa légendaire joie de vivre !

Même si pour moi, il n’y a quasi que Ducati dans la vie 😉 je suis tout de même allée faire un tour sur la pite-lane, découvrir les autres merveilles de ce championnat du monde. Voici un petit aperçu de ma petite balade 😉

Le charme du Bol d’Or, c’est aussi la cohabitations de deux univers : d’un côté, celui des motos de dernière générations affûtées et de l’autre, celui des motos classiques, venues d’un temps que les jeunes de vingt ans ne peuvent pas connaître. Le Bol d’Or Classique est la catégorie qui réunit toutes ces « vielles dames » pilotées bien souvent, pas de grands noms de la moto.

Et puis du côté du paddock des pilotes de classic, je peux vous assurer qu’au niveau de l’ambiance ça envoie du lourd !

Ça tombe bien, c’est l’heure de l’apéro et c’est à grands pas que je vais rejoindre mes potes Sabine et Christophe pour trinquer avec eux au beau résultat de ce dernier.

Christophe Charles Artigues, alias « Moustic » et Bruno Langlois auront ramené une très belle 7ème place sur la Kawasaki n°14, sous les couleurs du Team de Gilles Hampe.

Au purée, déjà 14h30, il est temps de retourner sur le circuit, la course des 24h va bientôt commencer ! Après quelques rosés, de bonnes rigolades et un moment privilégié avec de grands champions, je n’ai pas vu le temps passer.

55 teams au départs, l’image est magnifique et mon coeur palpite dans ma poitrine. Tellement de souvenirs me reviennent, moi qui ai découvert l’endurance cette année et les départs en épis, quelle chance ils (et elles) ont !

49

Hé oui, cette année, un Team 100 % féminin a pris le départ au guidon d’une Yamaha R1, le « Girl’s Racing Team », composé de 4 pilotes : Muriel Simorre, Melissa Paris, Jolanda Van Westernen et Carole Concalves.

Le départ est lancé, les 55 pilotes cavalent jusqu’à leur moto, le marathon de 24 h peut commencer ! La Ducati s’élancera de la 43ème position, tandis que les filles partiront de la 39ème. Je n’envisage pas une seule seconde de ne pas les voir à l’arrivée…

La nuit est tombée sur la piste et le spectacle est encore plus beau. Nous profitons d’un tour du circuit dans voies de secours, pour découvrir le magnifique tracé du Castelet et les pilotes en action.

Allez, il est temps pour nous d’aller nous coucher, on a beau ne pas être sur les bécanes, avec un enfant de 3 ans, tu fais plutôt les 24 h du « Nan » et le Bol « de céréales » 😉

De retour sur le circuit, je file au box de Big Panini prendre des nouvelles de l’équipe, suite à la chute de Michaël Fudala la veille. Alors en 28ème position, un faux point mort catapulte Michaël de sa moto, l’obligeant à abandonner suite à sa hanche trop douloureuse. Cette chute entrainera une successions de problèmes sur la moto, qui mettront à rude épreuve tout le staff durant toute la nuit.

Sans parler des 2 Stéphanes qui ont du gérer une bonne partie de la nuit les 200 ch de la bête sans aucune aide électronique, à l’ancienne ! Même pas peur, je fais la même, mais avec une Royale Enfield de 28 poneys !

La fatigue est tellement intense pour les pilotes, qu’il faut les aider à descendre de la moto. A bout de forces physiques, c’est le mental qui prend le relais. C’est beau, rien de plus à dire…

On peut voir combien tout le monde est crevé, même moi !

La fin de la course approche et pendant que le SERT, Suzuki Endurance Racing Team, s’envole vers une magnifique victoire avec 10 tours d’avance sur le Team SRC Kawasaki, je m’accroche à la rambarde d’où je scrute l’arrivée des participants et de la Ducati.

Tout le Team est sur la ligne d’arrivée pour accueillir Stéphane qui franchira la ligne en 30ème position. Un des concurrents, terminera même sa course en poussant sa bécane sous l’ovation du public. Quant aux filles c’est à la 23ème position qu’elles terminent leur premier Bol d’Or, entrant ainsi dans l’histoire en étant le premier Team 100 % féminin à terminer une course du Bol d’Or.

img_2477

Derrière mon objectif, j’essaye d’immortaliser ce grand moment, mais je n’arrive pas à retenir des larmes d’émotions qui finissent par pourrir mon mascara, lorsque je vois toute la joie de ce Team…

83

La magie des courses d’endurance, réside vraiment dans l’union des forces et de l’énergie de tout un Team. En plus du fait d’y croire, en dépit des sceptiques et des mauvaises langues…

Se donner le moyen de vivre ses rêves et écouter son coeur !

Merci les garçons et les filles, vous m’avez bien fait chialer 😉

Lil’Viber 😉

Un grand merci à Xavier Brissard, de l’agence AXA, ainsi qu’à Club 14, Hervé Gicquel, Amsata Fall, Le Menn Manuel, de nous avoir permis de vivre cette expérience dans les meilleures conditions. Une mention spéciale à Amsata, qui nous aura été d’une précieuse aide pour canaliser le petit en devenant « son copain » 😉

Félicitations au SERT et aux pilotes vainqueurs de cette édition 2017 : Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Etienne Masson, mais aussi à tous les autres Teams qui auront participé à cette édition qui n’aura pas été de tout repos : 31 équipages à l’arrivée sur 55!

 24 abandons sur ces 24 heures et pas une italienne si vous voyez ce que je veux dire…

Une énorme pensée pour Marius Tabaries, qui a été victime d’une grosse chute. Même si l’inquiétude a fait place au soulagement, il se bat encore, et aura besoin de beaucoup de soutien avant de remonter en selle. Bon courage et à très vite!

Enfin, félicitations à tout le Ducati Esprit Racing Team qui a cru en ses rêves et en sa moto ! Dédicace spéciale à Isabelle Siobhan Clark, ma « personal » aiguilleuse 😉

Merci au circuit du Castellet d’ouvrir l’accès à la piste à la fin de la course, permettant à tous de se rapprocher au plus près des boxes , des pilotes et du podium. Ce qui change vraiment l’ambiance générale et permet de de vivre un vrai moment de partage et de communion.

Crédit photos : Hadi L’Etang, Lil’Viber

Allez, un petit chant pour la fin !!