Il y a un an j’ai vécu un moment magique et inoubliable : mon dépucelage en compétition sur le magnifique circuit Bugatti du Mans lors de la première course de Women’s Cup. Un an plus tard, le championnat est né et je remet le couvert. Je peux vous dire, que c’était encore meilleur …

Mardi 11 avril, nous y voilà ! Le circuit Bugatti où se déroulent les mythiques 24 h du Mans … Mais aussi la première manche du championnat 100 % féminin de la Women’s Cup. Des mois que j’attends avec impatience cette première course en essayant de me préparer au mieux avec Panini. Et nous y voilà, enfin !

Première mission dès notre arrivée, monter notre campement pour la semaine à venir. Tout comme l’année passée, je m’en suis donnée à coeur joie pour nous préparer un petit nid douillet. Seul bémol, nous avons été parquées à 1 km du circuit. Mais, il faut le concéder, l’organisation a su malgré quelques ratés limiter les désagréments liés à cet éloignement. Résultat: un triplex avec vue sur le cul de Panini et ambiance rouge psychédélique pour loger toute notre joyeuse équipe.

Et quelle équipe j’ai eu la chance d’avoir à mes côtés !

En plus de mon homme Hadi, toujours là, malgré les corvées de vaisselle 😉 , de mon super Thierry, mon « Mignon » Mécano, j’ai eu la chance d’accueillir 2 nouvelles têtes dans le Team. Valentin, aka Valooche et sa jeunesse pétillante et Jean-François GITTON, aka GITTON, un grand pilote mais surtout un homme aux valeurs inestimables.

Mon papounet lui aussi, aura été de la partie en faisant deux aller-retours Rennes/Le Mans : un pour la course, l’autre pour une livraison spéciale de trottinette !

J’ai même eu droit à la bombesque Carolane, MON Umbrella girl 😉

Et puis, il y a tous les potes des circuits sans qui cette belle aventure ne serait pas la même. Avec, parmi les plus fidèles, Juju et Nico de la Chouette Team ; mes p’tites Suisses préférées, Val et Jennifer ; ma top coéquipière pour le Bol d’Argent, Marthe ; sans oublier, Fabienne, Evi et Steph du BB Racing Team.

24 h du Mans moto oblige, avant d’attaquer les essais du mercredi, je suis allée balader ma fraise chez les Team officiels de l’EWC, histoire de taper la bise aux copains. Et hop, une petite pause avec ma préférée, la Ducati Panigale du Team Ducati Esprit Racing Team. Elle ne terminera malheureusement pas la course suite à une casse moteur… j’entends déjà les mauvaises langues s’exprimer !

lili-et-la-121

Mercredi 12 avril – Jour des essais 

Pas question de prendre des risques, la piste est froide et les conditions pour rouler loin d’êtres optimales. L’objectif est donc de reprendre ses repères sur le circuit, de se remettre en tête le tracé et de tester de nouveaux réglages. C’est aussi pour moi, l’occasion d’enfiler ma nouvelle combar, alors pas question d’aller la pourrir dans les graviers dès le 1er jour !

Essais concluants, je me rapproche de mes meilleurs chronos sans forcer et surtout commence à prendre mon pied sur ce tracé que j’affectionne beaucoup. le nouveau trip est fantastique. L’excitation commence à m’envahir, les préliminaires ont bel et bien commencé !

Jusqu’ici tout va bien…

Cette journée était également vouée à faire monter la température grâce à la traditionnelle photo de groupe, juste après celle des pilotes des 24 h du Mans. Pour l’occasion j’ai même sorti ma wonder cape !

Imaginez 77 gonzesses, toutes vêtues de cuir, sous le soleil, à quelques mètres d’une belle brochette de top pilotes. Evidemment c’est parti en cacahuète avec quelques mains aux fesses … des mecs !

Rhooooo ! les filles, comme elles sont coquines 😉

Qu’on n’en doute pas, la Women’s Cup, au-delà de la compétition, c’est aussi un moment où les femmes vivent leur passion à fond, sans complexes et en respirant la joie de vivre. Y’a qu’à voir nos tronches de bienheureuses sur nos selfies 😉

Jeudi 13 avril – Qualification 1

La nuit a été légère, les « Gaulois » ont débarqué et ont commencé à rupter sur leurs « motobarbecue ». Autant vous dire que même avec les bouchons anti-bruit, tu ne fermes presque pas l’oeil de la nuit. Sous ma tente, dans mon Wonder pyjama et avec mon petit chauffage pour me lécher les pieds, j’ai eu bien du mal à m’endormir tellement mon esprit se refaisait les tours de piste… encore… et encore…

Juste avant le briefing, petit tour dans les backstage du Bugatti où m’a copine Marthe m’a fait la surprise de m’emmener dans l’endroit où tu peux laisser ton empreinte avec celles des plus grands pilotes ! Et bim, le grigri de Lili juste à côté de celui de Johann Zarco. Çà m’a presque donné envie de faire un salto arrière à la Zarco sur le canapé !

14h00, il est temps pour nous d’attaquer la première séance de qualification. Le soleil est au rendez-vous et Panini est aux petits oignons dans le boxe du Yart où Peter, l’ingénieur Bridgestone prend soin de ses nouvelles godasses 😉 . Sont vraiment sympa ces autrichiens et je félicite encore le Team du Yart pour sa très belle 2ème place décrochée quelques jours plus tard.

« C’est parti mon kiki » pour 25 minutes de qualification et dès les premiers tours j’essaye de m’échapper pour éviter les bouchons et avoir un tour clair. Je sens que mon rythme est bon et je vois les chronos descendre sur le panneautage. Mais un petit coup de mou et je commence à me déconcentrer alors que je remonte sur un paquet juste avant la Dunlop. Je sais que ce sera donc un tour sans améliorer mon chrono qui est de 1,51 pour l’instant. Retour en pite-lane, je suis alors 5ème à quelques minutes de la fin ! Mais bon, une des italiennes viendra me piquer la place dans le dernier tour pour quelques centièmes.

Mais la mission du jour est accomplie, je suis plus qu’heureuse de cette 6ème place qui m’assure de participer quoiqu’il arrive à la finale A. Je m’empresse d’envoyer le résultat à mon Thierry qui n’est pas encore avec nous pour profiter de ce beau moment. De jours en jours, le plaisir est grandissant sur ma moto avec laquelle je me sens de plus en plus en symbiose.

Jusqu’ici tout va bien…

Vendredi 14 avril – Qualification 2

La nuit a franchement été pire que la précédente avec en plus du concert de « burns et rupteurs », une musique de fond style « techno boom boom trash » ! J’ai presque eu peur en voyant ma tronche le matin dans le miroir tellement mes cernes marquaient mon visage. Et c’est là  que tu en veux à la gravité, mais que tu as aussi ton super anti-cernes de compétition à portée de main 😉

D’ailleurs question make-up, j’ai bien l’intention de sortir pour cette 2ème qualif’ mon rouge à lèvres spécial chronos ! À chacun ses petites superstitions ! Perso, pas de petite culotte fétiche, mais une horde de bandanas sélectionnés en fonction de mon humeur. Pas question non plus, de partir sans mon rouge à lèvre fétiche qui booste mes chronos… si m’sieur, c’est vrai !

Après m’être fait un peu tirer les oreilles la veille, pour ne pas avoir fait entièrement la 1ère séance de qualification, pas question aujourd’hui de m’arrêter. Les 25 minutes de qualif’ je vais me les bouffer « finger in the nose » !

14h00, un coup de chiffonnette sur Panini et « en avant  Guingamp », c’est parti pour la 2ème qualif’. Je me sens « chaud patate » et commence à mettre du rythme assez rapidement. Mais çà, c’était avant de me faire une chaleur de ouf quand ma vitesse a sautée et que je me suis retrouvée en roue libre au moment de plonger dans le virage de la Dunlop ! J’échappe de peu à une autre visite du bac à graviers, mais mon cerveau déjà échaudé par une première chute au même endroit, a littéralement déposé les armes. Et cela c’est direct ressenti sur les chronos… J’enquille du coup les tours dans un faux rythme et surtout ne vois pas que depuis plusieurs tours, je me fais panneauter un « IN »… que je ne vois pas…

Fin de la session, je rentre direct au paddock déçue et mécontente de mon travail… J’espère ne pas avoir perdu trop de places. Evidemment je me fais « botter les fesses » par mon Team pour ne pas avoir regardé le panneautage, mais ai aussi le droit à un grand sourire pour m’annoncer que j’ai tourné en 1,50 dans le dernier tour! Ouf !

Je perds une petite place et partirai donc sur la grille de la finale A en 7ème position, mais suis heureuse et surexcitée de prendre le départ de cette course ! Fin des préliminaires, il est temps de passer aux choses sérieuses… ça tombe bien, c’est l’heure de l’apéro et le moment de relâcher la pression avant demain…

Jusqu’icì tout va bien ! … enfin presque. Les prévisions météo sont mitigées et annoncent de la pluie à 12h00 pétantes … juste au moment du départ de la course… pneus pluie ou slicks ? Dilemme…

Samedi 15 avril – Course Finale A

Couchée tôt, levée tôt… en mode pile électrique je m’agite déjà dans tout le barnum, où tout le monde dort… Allez hop hop hop les gars, on y va, on s’active ça va être le bordel pour tout trimballer en pré-grille ! Direct je sors ma truffe de sous le barnum pour regarder la couleur du ciel. Bon, bien gris et nuageux mais apparemment, pas de pluie en perspective, on devrait rouler au sec ! Ouf !

Panini a revêtu son habit de lumière aux couleurs de Wonder Woman… elle est juste magnifique et mes yeux brillent d’émotions rien qu’en la regardant… une bombe !

11h45 les portes du raccordement s’ouvrent pour que l’on puisse accéder à la grille de départ. Nous passons devant des haies de commissaires de piste qui nous saluent déjà et nous montrent des poings serrés d’encouragements. Je me place sur ma ligne en vérifiant que ma roue ne dépasse pas et je lève le nez en direction des tribunes. Plus de 60000 personnes ont pris place dans les gradins et ce moment est juste magique et inexplicable.

La belle Carolane, mon Umbrella Girl m’a rejoint et prend la pause devant les photographes, c’est juste un truc de ouf ! Mon coeur qui battait la chamade quelques minutes encore avant, a cessé de tambouriner dans ma poitrine. Je me sens bizarrement très zen et détendue. Je ne pense qu’à deux choses que l’on m’a dites :

« Lili, avant tout, tu roules juste pour plaisir, rien que pour le plaisir… »

« Lili, on apprend rien quand on est par terre… » (Gittonnade)

Coup de sifflet pour évacuer la piste, purée comme à la télé ! Je m’élance prudemment pour le tour de chauffe.

Je me replace dans mon petit carré blanc, position de Rossi coudes écartés et tout sur l’avant ! Embrayage serré et vrombissement de mon moteur, le feu rouge s’éteint, gaaaz … c’est parti !

Panini décolle comme une fusée avec un wheeling bien maitrisé 😉

Prudente avant le pif paf de la Dunlop, je me fais passer par certaines filles que je reprendrai par la suite. le rythme des avions de chasse de devant est par contre très soutenu dès le début et j’ai perdu trop de temps sur  les premiers virages, pour pouvoir essayer de les recoller. Mais aux 3/4 de ma course, j’ai remonté quelques places et me retrouve en 6ème position !

Début de baston avec Nordhalle et sa GSXR1000, juste le gros gros kiff ! Nous faisons toute la fin de course en nous tirant la bourre, oubliant presque que  nous ne sommes pas seules sur la piste. J’ai une banane accrochée sous mon casque et je couine de plaisir sur ma moto tellement l’adrénaline et le plaisir sont intenses. J’arrive à reprendre de l’avance sur Nordhalle, mais un drapeau jaune m’interdit de doubler le groupe de filles que j’ai rattrapé. Je perds mon avance et me fait passer sur la ligne droite de la Dunlop dans le dernier tour. Grrrrrr  !!! L’ultime tentative de faire les freins au raccordement (mais elle est barge cette Lili), s’avère un peu optimiste et je tire tout droit par-dessus le vibreur.

Personne derrière moi, je passe le drapeau à damier en 7ème position, la gorge serrée et les yeux mouillés de bonheur…

Je rejoints Nordhalle qui semble tout aussi émue et heureuse que moi, on se tape dans les gants et dans le dos pour se féliciter mutuellement de cette belle bagarre. Tour d’honneur le bras levé, j’ai juste envie de poser ma moto et de sauter dans les bras des commissaires de piste qui nous acclament au passage.

C’est déjà fini, mais j’ai pris un pied d’enfer ! Cerise sur le gâteau, je passe sous la barre des 1,50 avec un beau 1,49 !

WonderPanini a rempli sa mission et moi aussi 😉

Cette semaine et cette course c’est un peu comme une histoire d’amour qui a commencée il y a un an et qui s’intensifie de jours en jours. Une histoire d’amour avec ma Panini, que j’aime et qui me le rend bien. Une histoire d’amour avec les merveilleuses personnes de mon Team, qui au-delà de leur amour et de leur confiance, me donnent aussi un peu d’eux-mêmes à chaque moment partagé ensemble…

Hadi, Thierry, Jean-François, Valentin… vous êtes le moteur de mon coeur…

lilidodopanini

Samedi 15 avril -Lady Bike 17H

Remise de mes émotions, j’ai filé au Lady Bike où j’ai eu la chance de faire une petite présentation de mon blog et de mon parcours de pistarde. J’y ai rencontré de nombreuses personnes avec qui nous avons pu échanger et partager notre passion commune pour la moto. Merci encore aux organisatrices pour leur gentillesse, leur accueil et leur invitation qui m’est allée droit au coeur. Voici quelques photos de ce joli moment de partages. Encore désolée pour ceux qui n’ont pas pu y accéder.

La Women’s Cup, étape 1 aux 24h du Mans, c’est bel et bien fini, mais ne vous inquiétez pas, on remet le couvert d’ici quelques semaines pour l’étape 2 durant le WERC à Ledenon. Le circuit « montagnes Russes » risque bien de provoquer encore de belles sensations et je l’espère de « kiffants » tirages de bourres sur la piste !

Stay tuned…

Lil’Viber 😉

Félicitations à toutes ces femmes qui se sont battues sur la piste, que ce soit dans la finale B ou la finale A. Enorme respect pour les avions de chasse qui auront fait péter le champagne sur les marches du podium, Erika, Margaux et Gaëlle vous m’avez vendu du rêve. 

Ma palme d’or perso de « la meuf qui déchire tout » à Margaux pour cette incroyable performance livrée durant cette semaine, sur 3 motos différentes. Podium en Women’s Cup avec sa GEXtraordinaire, chronos à faire pâlir beaucoup de mecs avec le R1 et le Girl’s Racing Team, mais surtout un podium en 24 H du Mans avec la Ducati des italiens, une moto découverte le jour même de la course… Margaux, tu es notre modèle, continue à nous faire rêver…

fezf

Big Up à mes sponsors et partenaires que je ne remercierai jamais assez de me soutenir et de croire en moi : Bridgestone, Medicis Patrimoine, Eybis, Delerue L’Expérience Moto, Dal Zotto Paris, GFM Su Misura, Aerographik, Evo-X-Racing, Zydus, Ford Cesson Sévigné, Riding Sensation, Pharmacie Lili, Bourgeois Sérigraphie, Creativ Store.

Spéciale dédicace à Peter, pour sa gentillesse, ses précieux conseils sur mes BattlaxV02 et le petit cadeau qu’il m’a fait… chut…

Un grand merci au Team du YART pour m’avoir chaleureusement accueillie dans leur boxe durant  la première séance de qualification. Merci à Stéphane Mezard du Team UltimateCup d’avoir également ouvert les portes de son boxe à ma copine Marthe. Merci pour l’apéro « spéciale meufs de la Women’s Cup » organisé dans son hospitality.

Un révérence d’honneur à Emma Claire et Karine Sliz qui nous ont accompagnées durant toute la semaine et qui font que ce beau championnat existe et va se pérenniser !

Merci à la FFM et à l’ACO de nous permettre de rouler en ouverture des 24 h du Mans.

17974211_657220567795216_1951008576_n

Crédit photos : Philippe Rio, Michel Grimaud, Hadi L’Etang, Jean-François Gitton, Valentin Marchand, Laptiote Dayto, Sebastien Virieux, Mutuelle des Motards… 

Graphisme : Valentin Marchand