Après 2 journées remplies d’émotions, il était maintenant temps pour le Team Le Peuple du Village de se préparer à affronter les 4 heures de courses sous le cagnard, mais pas que ! L’orage qui menaçait depuis plusieurs jours allait bien finir par nous tomber sur la tronche ! À quelle heure ? Là, était la vraie question…

DIMANCHE 9 JUILLET : COURSE ENDURANCE 2*300 MILES ET FIESTA !

Notre course étant prévue à 14h00, il nous reste un peu de temps pour peaufiner notre stratégie. Etant donné que nous roulons à « l’Américaine » (c’est à dire avec 2 motos), nous avons d’ores et déjà 2 tours de pénalités par rapport aux Team roulant avec une seule moto. Alors autant essayer de transformer ce handicap en avantage : compte tenu de la météo incertaine, nous chausserons Panini rouge en pluie et Panini jaune en Slicks !

LE DEPART EN EPI

Les départs en épi, c’est mon truc, j’adore ! Etre un modèle réduit et une pile électrique en même temps apporte un sérieux avantage en terme de poids et d’explosivité au moment de cavaler ! Mais cette année, la pluie ne s’étant finalement pas invitée, j’allais devoir sautiller d’impatience sur place, de l’autre côté du muret de la ligne droite, afin de laisser Hadi prendre le départ… À son tour de découvrir les incroyables émotions et de sentir son coeur battre la chamade au moment où le drapeau national s’agitera pour lâcher les fauves !

Bon, je n’ai pas pu m’empêcher de lui répéter 1000 fois les mêmes choses concernant les trucs et astuces d’un départ de course d’endurance :

« Bon, tu n’oublies pas, ta moto est en prise… tu chopes l’embrayage direct avant de monter dessus… »

« Demande à ce que Seb te tape dans le dos dés que le moteur est allumé… c’est pas que tu sois sourd, mais parfois on entend pas… »

« Tu vas voir, ça fait du monde dans le 1er virage, mais tu t’en fout, tu fonces dans le paquet et tu pousses ! Euh… tu passes je veux dire évidemment 😉 « 

« Blablablabla… » « fais pas si, fais pas ça… »

Bref, j’ai fait ma meuf relou qui cause tout le temps en donnant des conseils, juste pour combler ma frustration…

Alors voilà, au moment du départ, j’ai moi aussi découvert de nouvelles émotions : celles ressenties par le tout le Team à chaque fois que j’ai pu faire un départ de course… moment très fort…

depart-course

Drapeau tricolore agité, c’est parti !

Hadi semble découvrir « la mauvaise surprise » que te procurent tes bottes de piste au moment où tu t’élances :  l’impression de courir dans des bottes de ski, mais sans la neige… ah ben oui, les premiers pas … ça fait drôle.

Il saute sur yellow Panini, mais semble rester collé sur la grille… ah ben oui, difficile d’entendre le bruit du moteur au milieu des autres bruits… de moteurs !…

Il s’élance vers le 1er virage et découvre le « kiff » du paquet ! Enfin ça dépend pour qui…

Hadi : « J’avoue, y’avais beaucoup de monde dans le premier virage et j’ai pas osé être incisif… »

En résumé, départ un peu foiré, finalement comme moi l’année passée !

Hadi en piste, il nous reste du coup largement le temps pour changer les roues de Red Panini pour la passer en Slicks. Un orage étant si vite arrivé, alors autant attendre le dernier moment…

Euh, sauf qu’on avait pas prévu un truc… boum ! Chute d’Hadi au bout de quelques tours et là, c’est la panique dans le Team !

Malgré un retour en piste après avoir viré les graviers et redressé 2-3 trucs, Yellow Panini reviens de nouveau au box au bout d’un tour. Inapte à reprendre son vol. Notre top équipe s’est activée sur Red Panini afin que je prenne la piste au plus vite… les gars étaient chauds patate… enfin je crois 😉

1er RELAIS DE LILI

Etonnamment je me sens hyper détendue alors que la situation est carrément stressante… Me voilà prête à repartir, en dernière position et avec 7 tours de retard, autant vous dire que toute chance de podium relève de l’utopie !

Mais peu importe, la course reste la course et c’est le couteau entre les dents que je prends mon relais avec la ferme intention de remonter au maximum au classement !

Je double un paquet de monde à chaque tour, mais au panneautage notre place, elle, ne bouge toujours pas ! Evidemment avant de pouvoir remonter des places il faut d’abord récupérer les 7 tours de retard… alors je m’accroche et je donne tout ! Jamais plus vite qu’à fond plus rien ne m’arrête…

Quelques dépassements un peu musclés ; pas question de freiner et de perdre du temps derrière une roue. Je passe quoiqu’il arrive… quitte à sauter par dessus un vibreur, ben quoi on m’appelle « Petit Vibreur » aka « Lil’Viber » ou pas ?! Bon, j’admets ne pas m’être vantée longtemps de cet exploit de voltige quand j’ai découvert, en arrivant au boxe, mon entrée d’air en carbone explosée et trainant piteusement sur mon garde-boue…

Oh purée, vais me faire engueuler par Titi… oups !

« Bon Lili, t’arrête de péter le matériel en faisant du tout-terrain sur les vibreurs ?! »

Et puis après un certain moment ou un moment certain, une place commence à réapparaître sur le panneautage… enfin… ce qui me donne encore plus la niaque pour aller jusqu’au bout de mon relais, sans ralentir. Une 45ème place apparait, mais c’est surtout le 1,52 que je vois panneauté depuis plusieurs tours qui me donne la banane sous mon casque !

Je viens de pulvériser mon record perso et surtout l’objectif que je m’étais fixé sur ce week-end 😉

1 heure de passée au taquet sur Red Panini, ma réserve d’essence s’allume. Il est temps pour moi de rentrer pour passer le relais à Hadi !

lili-departd2

Transpondeur échangé, Hadi repart à l’attaque des places à remonter… comme à son habitude calme et serein 😉

À peine arrivée au boxe, mon équipe vient me féliciter du relais que je viens de réaliser… Les mots de notre Team Manager, Jean-François viennent ponctuer cette incroyable émotion que je suis en train de vivre : « Lili, tu as été royale, tu as été R O Y A L E ! »

Je suis heureuse, et fière, avec une pêche incroyable ! Mon premier relais l’année passée, où je suis rentrée agonisante, rouge comme Panini et en hyperventilation à la limite de la syncope, n’est plus qu’un mauvais souvenir. Je tapote sur le réservoir de Panini et lui colle un baiser pour la remercier de cet incroyable relais que nous avons vécu toutes les deux. Cette moto est décidément « une brave bête » 😉

Hadi toujours en piste se retrouve un bout de temps derrière le Safety Car après un crash. Nous en profitons pour le faire ravitailler et ainsi n’avoir plus qu’un dernier relais à effectuer. Remontés à la 41ème place, je repars donc en piste, surmotivée pour grappiller encore quelques places, et franchir le drapeau à damier…

LE TEMPS VIRE EN EAU DE BOUDIN

Il suffit de voir la tête de notre Team Manager sur cette photo pour comprendre que l’orage va pointer le bout de son nez avant même que la course ne soit terminée.

Au taquet pour mon dernier relais, je vois d’un coup un rideau noir tomber sur la piste. Le ciel s’assombrit dangereusement et l’odeur de l’humidité annonce que l’averse n’est pas loin… Bim, voilà qu’il se met à pleuvoir de l’autre côté du circuit et il ne doit rester que 30 minutes de course environ… pas question de rentrer maintenant…

Je décide de rester en piste le plus longtemps possible pour laisser un max de temps à notre équipe pour chausser les pneus pluie à Yellow Panini. Avec la pluie, j’ai clairement réduit la cadence en sentant Panini tortiller du cul à la remise des gaz. Je croise d’ailleurs un certain nombre de pilotes qui semblent figés sur la piste par ce changement soudain de conditions météo. Cool, encore quelques places de gagnées. Nous voilà donc en 36ème position 😉

Et puis, un mec sur sa Ducati me passe sous le nez et ravive la « kéké » qui est en moi ! Ben m…., il roule sous la flotte en slicks, c’est que ça doit tenir ! J’en oublie du coup la piste qui commence à se détremper et je me lance dans un tirage de bourre avec lui. Il me passe, je le repasse, il me repasse, je le repasse et puis plus rien… ça c’est fait ! Enfin, jusqu’à ce que les éclairs finissent par péter au dessus de nos casques et le déluge tomber sur la piste. Bon là, pas le choix, on serre les fesse et on rentre tranquillement au boxe…

gitton-ciel

Hadi qui n’aime pas vraiment rouler sous la pluie, se voit reprendre la piste sous le déluge !

Et puis, après à peine quelques minutes, un drapeau rouge est agité sur la piste. Les conditions deviennent beaucoup trop dangereuses et la course effectuée à plus de 75 % se voit le droit d’être définitivement stoppée…

LA FIESTA ET LES COPAINS

La course est terminée et nous avons rempli notre contrat principal : celui de passer le damier (enfin dans cette situation, le drapeau rouge) sur nos roues et sans bobos. Comme à chaque fois, nous nous tombons tous dans les bras des uns, des autres pour partager cet intense moment de bonheur.

L’endurance, c’est le travail de tout un Team au complet et celui du « Peuple du Village » m’aura encore incroyablement étonné !

Après l’effort le réconfort ! Place aux bulles pour fêter ce moment et cette incroyable joie, tous ensembles ! (toujours avec modération 😉 )

Cette semaine aura encore été chargée en émotions : du stress, de la panique parfois, mais surtout du bonheur, de grandes joies, des moments forts où seuls les regards comptent et permettent de se comprendre.

Pleurer de rire et pleurer de joie auront encore été les ingrédients principaux de notre merveilleuse équipe !

Alors une dernière fois, je voudrais saluer les acteurs principaux de cette superbe histoire : Hadi, Jean-François, Valentin, Jean-Luc, Guigui, Seb, Alain, Nico, Elio et Dida, vous avez rendu cette course encore plus vibrante pour moi… et je vous aime 😉

Merci encore aux 2 pompiers qui, au-delà du fait d’avoir été présents pour nous ramasser dans les bacs à graviers, auront refait ma journée et celle de mes copines grâce à cette sympathique  photo 😉

Vivement 2018 !

Lil’Viber 😉

Un énorme merci à tout le Team qui s’est donné corps et âme dans cette incroyable aventure, en réussissant aussi à solutionner tous les petits soucis rencontrés durant ces 3 jours. Spéciale dédicace à notre Valentin aka Valooche qui nous aura confectionné de superbes tee-shirts et crée un magnifique logo qui va nous suivre pour un paquet d’années. Big up à Guigui, Alain et Nico, qui auront vécu leur dépucelage en course d’endurance et auront été justes parfaits ! Enormes bisous à nos fidèles, Seb, Elio et Jean-François, toujours là pour vivre de grands moments. Gros câlins à mon papounet qui nous aura rejoint pour la course et pour encourager sa fifille 😉

Et comme toujours, un grand grand merci l’autre « chanmé » Team : le « BBRacing Team », Fabienne, Steph et Evi, toujours là aussi bien pour filer un coup de main que pour faire les cons avec nous !

Merci au Ducati Club de France et à ses organisateurs qui nous permettent chaque année de vivre une expérience qui dépasse celle de la compétition en nous permettant aussi de rentrer la tête pleine d’étoiles 😉

Merci au circuit du Val de Vienne où les infrastructures font partie des plus impeccables : très certainement les douches et les chiottes les plus propres que j’ai encore jamais vues et cela durant tout un week-end de course qui voit passer des centaines de personnes et pilote craspouilles ! Plus qu’appréciable 😉

Bridgestone – Medicis Patrimoine – Eybis – Delerue l’Expérience Moto – Société Stickers Shop – GFM Su Misura – Evo-X-Racing – Aerographik – Dal Zotto Paris – Zydus France – Creativ Store – Riding Sensation – Ford Cesson Sévigné – Bourgeois Sérigraphie – Pharmacie Lili – Champagne Jeeper

Crédit photos : Jean-Luc Couesme / Lil’Viber

team-fin

Le Peuple du Village va remettre le feu en 2018 !

Rendez-vous en 2018 !!!!

20427301_706750376175568_2109026788_o