Après avoir découvert en « chair et en mécanique » la magnifique Panigale V4, prit quelques selfies avec Jorge Lorenzo et Chaz Davies et commencé ma liste pour le Papa Noël, je n’avais pour autant toujours pas rempli ma mission première : celle de retrouver le A !

Découvrir en intégralité L’EICMA, en une journée, c’est comme essayer de faire toutes les attractions du parc Disneyland un samedi de décembre en une journée : mission juste impossible ! Je sens bien en plus, qu’il va falloir que je passe en revue toutes les lettres de l’alphabet avant d’atteindre mon but !

Cet inventaire à la Prévert est surtout l’occasion de partir à la rencontre d’un certain nombre d’ORNI : Objets Roulants Non Identifiés ! Et, ma découverte la plus curieuse, voir même la plus extravagante, est celle de la Super Soco. À la base une marque Française qui fabrique des motos électriques urbaines (c’est Madame Hidalgo qui va être contente). Bon, je dois admettre que perso, je ne me sens pas encore prête à lâcher mes belles « pollueuses » pour un cyclo électrique. Mais en découvrant ce prototype mi-Alien, mi-jet-ski, avec une étrange ressemblance à la tête de Dark Vador, je me suis directement imaginée dans un film de Luc Besson, en deux roues volants.

Puis j’ai continué à découvrir de nouvelles lettres tout aussi étranges, telles que le I, de Interceptor. Et là, je reconnais avoir changé d’opinion sur la marque Honda ! Oui, parce que Honda, ben moi, de prime-abord je suis pas fan. Les lettres qui me viennent à l’esprit quand je pense à la marque couronnée par MM93, sont le T de tondeuse à gazon et le C de Casimir… sorry c’est plus fort que moi 😉

Mais alors là, je dois l’avouer, je suis restée sur le C.. ! Sur la base d’un CB1000R, l’entité créative de Honda, le « Design Studio » a réalisé un prototype doté d’une « gueule » unique ! Les concepteurs de cette créature démoniaque ont même collé une hélice au centre du phare à Led qui selon leurs dires « transformerait l’énergie cinétique en courant électrique pour alimenter l’écran tactile implanté sur le réservoir ». Et là, tu te dis que les mecs ils doivent pas « fumer » que des pneus sur route ou boire des cafés durant les réunions pour imaginer un truc pareil. Bref, j’ai juste adoré et eu envie de crier « Honda, ça envoie du bois » !

De découvertes en découvertes, je suis tombée sur le S, de Stylmartin et en prime un méga un coup de coeur pour une paire de bottes vintages. Euphorie retombée comme un soufflet quand on m’annonça qu’elle n’était pas commercialisées. Quel dommage ! Un succès assuré en cette période de mode « Café Racer et néo-rétro »… je dis ça, je dis rien…

Puis en me perdant dans les allées remplies de nouvelles lettres, je suis tombée nez à nez avec notre Street Martelili réincarnée en moto 2 ! Vous ne pouvez pas ignorer que le moteur de la Street Triple 765 est bel et bien celui qui équipera les motos 2 du Championnat du monde. Le T de Triumph m’a donc littéralement replongé dans la nostalgie d’avoir conduit il y a quelques mois cet étonnant roadster.

Que de merveilles, que de merveilleuses lettres, mais toujours pas de A

60

Tel un toutou à qui on a planqué son jouet préféré, j’ai continué frénétiquement à chercher mon A. « il est où le A Lili, allez cherche, cherche le A ! » 

Alors j’ai cherché et j’ai trouvé encore mieux que mon joujou préféré : le B de Bell, une marque de casque sur laquelle j’avais fait un article il y a quelques mois de ça. Le Bullitt version full black m’avait déjà bien tapé dans l’oeil. Après l’avoir testé j’avais presque été totalement séduite, un petit manque de couleur certainement. Et bien en arrivant sur le stand Bell de l’EICMA, mes voeux ont été pleinement exaucés ! Des couleurs pétantes et acidulées, de la paillette et un graphisme que l’on pourrait croire inspiré de l’art abstrait de Mondrian. Un « claim » qui plante de suite le décor « Helmade with passion ». Un cocktail qui m’a plongé direct dans un univers dans lequel je me sens comme chez moi.

Et puis comme il n’y a pas que les Bullitt dans la vie (et chez Bell), j’ai aussi et surtout découvert la gamme Racing de la marque avec le Race Star Flex, aussi racé qu’aérodynamique ! Aussitôt essayé, presque aussitôt adopté. C’est l’ouverture du champ visuel qui m’a de suite le plus impressionnée. Son port de tête Raceview, procure un port plus haut au niveau du front et du menton et çà, çà veut surtout dire : terminé la « marmite en guise de casque » comme dirait un certain Eric Mizera qui se fout de toi à chaque fois que tu l’as comme prof en stage 😉

Tout comme l’envie irrépressible de grimper sur la Ducati Panigale V4 (juré, c’est pas moi qui l’ai mise par terre!), j’ai eu également l’irrésistible envie de tester ce casque en condition réelle sur piste ! Je dis ça, je dis rien… Être belle en Bell, ça le ferait non ?

IMG_9162

Oh la la, ho la la, méga à la bourre à force de rêver la tête dans les casques ! J’en ai presque oublié un rendez-vous primordial pour moi ! Exit le A, je suis direct passée au S, celui de SIXS, ma marque coup de coeur de sous-vêtements techniques.

Rappelez-vous, la force des couleurs en mode « Tic-tac » ou « Bioman » qui nous avait apportées, à Marthe et moi, de supers pouvoirs ! J’aurai même testé mes pouvoirs volants de WonderLili, mais là ça un peu foiré il faut l’admettre 😉

C’est donc avec grand plaisir que j’ai fait la rencontre de Matteo, un italien aux faux-airs d’un de nos artistes français préféré… « la tortue » ! Et tout aussi sympathique que peut le paraître notre Christophe national 😉

J’y ai découvert de nouvelles couleurs dans la gamme (ça sent encore le test comparatif chronos 😉 ), mais également des nouveautés 2018 que j’ai vraiment hâte de tester pour vous !

64

Même si je ne l’ai pas encore trouvée, je commence vraiment à « chauffer » (on ne fait pas référence à ma cuisse, svp !) et à avoir quelques pistes pour trouver ce fameux A…

Stay tuned…

Lil’Viber 😉

Crédit photos : Hadi L’Etang aka Hadystance

Plus d’informations sur le salon de l’EICMA : www.eicma.it

eicma_donna_sito